Capitulaire De Villis

Le capitulaire De Villis ou plus précisément le Capitulare de villis vel curtis imperii est un acte législatif daté de la fin du VIII e siècle ou du début du IX e siècle.



Catégories :

Botanique - Apiculture

Le capitulaire De Villis ou plus précisément le Capitulare de villis vel curtis imperii (ou imperialibus) est un acte législatif daté de la fin du VIIIe siècle ou du début du IXe siècle. Charlemagne y édicte à l'intention des villici, les gouverneurs de ses domaines (villæ, villis) un certain nombre d'observances et de règles. Il ne s'agit pas (comme il est trop fréquemment dit) de simples recommandations mais de règles strictes à respecter scrupuleusement, sous peine de lourdes sanctions (amendes, révocation, emprisonnement, bannissement…) car ce texte est une ordonnance royale dont l'application concrète sera contrôlée sur le terrain par les missi dominici (les envoyés du seigneur).

Ce texte est en particulier connu par ses capitules (articles) 43, 62 et en particulier 70 qui y décrivent une liste d'une centaine de plantes, arbres, arbustes ou simples herbes dont la culture est ordonnée dans les jardins royaux. Par cette longue ordonnance de 120 articles (les fameux capitulæ), Charlemagne entendait, huit siècles avant Sully, réformer entièrement l'agriculture et l'administration de ses domaines, immenses dans la mesure où ils s'étendaient de l'Allemagne à l'Espagne. Domaines, dont, il faut bien dire, que certains, surtout à l'Ouest , en Francie, étaient connus et reconnus pour être fort mal gérés et entretenus.

À l'inverse, il serait par trop incorrect et restrictif de diminuer ce texte de 120 articles à ces seuls trois articles !

Alcuin, auteur du Capitulaire De Villis ?

L'auteur et la date de ce long texte, dont l'unique exemplaire, toujours existant est conservé à la Bibliothèque de Wolfenbüttel, en Allemagne nous sont (comme c'est fréquemment le cas pour les manuscrits carolingiens) malheureusement inconnus.

Il est évident, que cette Ordonnance, véritable somme, éminemment technique, d'une quarantaine de pages, n'a certes pu être rédigée, in extenso, par Charlemagne quoique ce dernier l'ait voulu, aux plans politique, économique et culturel. Cependant, certains auteurs pensent qu'il aurait pu participer à certains articles comme la vénerie ou la fauconnerie.

Ce texte, qui s'intéresse et décrit minutieusement mille choses et activités : les métiers, les tissus, la chasse, la boucherie, la médecine, et en particulier la botanique, l'agriculture et l'alimentation, mais également l'autorité dévolue à la reine, l'enseignement et la création d'écoles, etc. n'a pu, non plus à l'évidence, être rédigé par un seul homme, mais bien mieux par une équipe complète. Équipe qui devait obligatoirement être dirigée par un (ou des ) chef (s) fort compétent (s). C'est une œuvre collective : l'une des premières du genre.

Pour tenter d'attribuer une paternité à ce fameux capitulaire, il ne reste que les érudits, les savants de l'époque au premier rang desquels arrivent les moines.

Selon les spécialistes de la question, ce serait, pour sa plus grande partie, l'œuvre d'un de ses grands scribes. On penche actuellement pour Alcuin.

L'article 70

Bien que l'identification des espèces précises ne soit pas forcément aisée, la longue énumération des 94 plantes (73 herbes, 16 arbres fruitiers, 5 plantes textiles et tinctoriales), que les domaines royaux se doivent de cultiver est contenue dans les chapitres 43, 62 et en particulier 70 donne des indications précieuses sur les fruits et légumes cultivés à l'époque en France.

Les herbes

Chap. 70. Nous voulons qu'on cultive dans le jardin l'ensemble des plantes, à savoir : lis, roses, fenugrec, costus [balsamite ?], sauge, rue, aurone, concombres, melons, gourde, dolique, cumin, romarin, carvi, pois chiche, scille (oignon marin), iris, estragon, anis, coloquinte, chicorée amère, ammi, chervis, laitue, nigelle, roquette, cresson (de terre ou nasitort), bardane, menthe pouliot, maceron, persil, ache, livèche, sabine, aneth, fenouil, chicorée, dictame, moutarde, sarriette, nasitort, menthe, menthe sauvage, tanaisie, cataire, grande camomille, pavot, bette, asaret, guimauve, mauve, carotte, panais, arroche, blette, chou-rave, chou, oignons, ciboulette, poireau, radis (ou raifort), échalote, cive, ail, garance, cardon, fève, pois, coriandre, cerfeuil, épurge, sclarée.

Et que le jardinier ait au-dessus de sa maison de la joubarbe.

Ainsi, pour la première fois, les différents jardins des moines sont clairement appelés et localisés dans l'espace, de même leurs attributions et leur contenu sont définis et même, pour certains, détaillés. On obtient ainsi trois sortes de jardins différents :

l'herbularius ou jardin des simples

C'est généralement, ainsi qu'à la fois, un jardin de plantes médicinales, aromatiques et condimentaires, pour la simple raison que la majorité des plantes alimentaires sont aussi des remèdes ;

le viridarium ou verger

("vergier" en vieux français) planté de vigne, de charmille et de buis, il peut aussi évoluer en jardin d'agrément. Il doit contenir plusieurs exemplaires des 16 arbres fruitiers suivants : noyer, noisetier, pommier, poirier, prunier, sorbier, néflier, châtaignier, pêcher, cognassier, amandier, mûrier, laurier, pin, figuier, cerisier.

Mais les moines, qui étaient fins, savaient aussi, peut-être qu'ils pouvaient planter des rhubarbes au pied des noyers et faire courir la vigne dans les pommiers...

Le Capitulaire aujourd'hui

Aujourd'hui énormément de monastères possèdent un jardin (plus ou moins) conforme au Capitulaire. Voici, hormis Corbie :

Voir aussi

Capitulaire | Liste des plantes potagères recommandées dans le capitulaire De Villis

Liens externes

Recherche sur Google Images :



"... par le Capitulaire de Villis, ..."

L'image ci-contre est extraite du site medieval-time.cowblog.fr

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (409 x 568 - 89 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Capitulaire_De_Villis.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 03/05/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu