Miel

Le miel est la substance sucrée produite par les abeilles à partir du nectar des fleurs ou du miellat de pucerons qu'elles récoltent et entreposent dans les alvéoles de la ruche.



Catégories :

Article anthropocentrique - Apiculture - Produit d'élevage - Aliment - Édulcorant

Recherche sur Google Images :


Source image : tvnormandie.notrefamille.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Pour produire le miel, les abeilles récoltent le nectar de la fleur pour ensuite le transformer en ... Plus le miel est foncé, plus le goût est prononcé.... (source : miellerielunedemiel)
  • Le miel est un doux produit de la nature. pot de miel. La douceur des fleurs et le délicat et si organisé travail des abeilles y sont sûrement pour quelque... (source : pagetronic)
  • Le miel est le produit naturel que les abeilles produisent à partir du nectar des fleurs ou des sécrétions de plantes qu'elles entreposent dans les alvéoles... (source : supertoinette)
Un pot de miel

Le miel est la substance sucrée produite par les abeilles à partir du nectar des fleurs ou du miellat de pucerons qu'elles récoltent et entreposent dans les alvéoles de la ruche. Il est issu d'abeilles domestiquées élevées en ruches, ou d'abeilles sauvages (on parle alors de miel sauvage, que l'ONU (FAO) classe comme produit forestier autre que le bois). Il est fréquemment l'unique source de sucre des populations autochtones les plus retirées des forêts tropicales.

Le miel dans l'Histoire

Bacchus découvrant le miel (Piero di Cosimo, vers 1500)

Présent dans le delta du Nil ainsi qu'à Sumer, le miel jouait le rôle du sucre. Dans l'Antiquité, le miel de la Narbonnaise était reconnu comme l'un des meilleurs.
En plus de sa consommation comme aliment ou condiment, il a été utilisé pour soigner, embellir la peau et embaumer les morts chez les Égyptiens. Durant la première et la Deuxième Guerre mondiale, on l'utilisait pour accélérer la cicatrisation des plaies des soldats. Il a aussi été utilisé pour confire les fruits et les légumes en l'associant au vinaigre ainsi qu'à la moutarde, ainsi qu'à adoucir les mets. À partir du Moyen Âge en Chine, puis en Europe, il permet de la fabrication du pain d'épices. Il a servi aussi pour la fabrication de l'hydromel (eau+miel)  : par fermentation des levures présentes dans ledit miel, apparition de la boisson alcoolisée.

Fabrication

Abeille butinant une asteraceæ
Icône de détail Article détaillé : apiculture.

L'apiculture consiste à élever des abeilles pour récolter le miel. Le premier travail de l'apiculteur est d'apporter une ruche aux abeilles. Les abeilles butineuses ont en charge l'approvisionnement de la ruche. Chaque matin, l'abeille va butiner dans les champs de fleurs où elle a travaillé les jours passés ou part à la découverte de nouvelles plantes. Une fois posée sur une fleur, l'abeille en écarte les pétales, plonge sa tête à l'intérieur, allonge sa trompe et aspire le nectar qu'elle met dans son jabot. Après avoir visité plusieurs fleurs et rempli son jabot, elle rentre à la ruche, puis dépose son chargement dans la bouche d'autres abeilles ouvrières. À la place du nectar de fleur, les abeilles peuvent récolter du miellat, excrément sucré des pucerons qui sera utilisé de la même façon que le nectar de fleur. C'est ce produit de base qui est surtout utilisé pour le miel de sapin.

Le scientifique Heinrich a mesuré le volume de travail effectué par les abeilles butineuses. Ainsi, pour produire un pot de 500 grammes de miel, les abeilles doivent effectuer plus de 17 000 voyages, visiter 8 700 000 fleurs, le tout représentant plus de 7 000 heures de travail.

La chaleur de la ruche, mais aussi les courants d'air créés par les abeilles ventileuses, font évaporer le trop-plein d'eau du nectar. De plus, grâce au travail des ouvrières qui l'aspirent puis le recrachent, le nectar, ainsi mêlé à de la salive ainsi qu'à des sucs digestifs, est prêt à être ensuite entreposé dans les alvéoles puis ceux-ci operculés. Il va se transformer en miel. L'hiver venu, les abeilles puiseront dans ces réserves pour s'alimenter.

Extraction

Jadis, les hommes récoltaient le miel dans des troncs d'arbres ou dans de petites cavités habitées naturellement par les abeilles. Ils ont ensuite aménagé ces troncs mais aussi d'autres constructions rudimentaires.

Au XIXe siècle, en France, les abeilles étaient toujours élevées dans des ruches en paille. À cette époque, le miel était consommé avec la cire ou extrait par pressage.

Un extracteur - matériel d'amateur.
Filtration du miel extrait, précédant la maturation puis la mise en pots

C'est l'apiculteur François Huber de Genève (chercheur aveugle) qui mit au point le premier modèle de ruche à cadres mobiles. La feuille gaufrée fut découverte en 1858 par Mehring et l'extracteur centrifuge découvert en 1865 par Hruschka. Ces découvertes facilitèrent le travail de l'apiculture.

Crus de miels

L'apiculture propose différents types de miels d'origine, de saveur et d'aspect particulièrement variés. Le miel est dit monofloral quand son origine provient en grande partie d'une seule variété de fleurs. L'apiculteur a positionné ses hausses juste au moment de la miellée de la fleur recherchée et les a retirées aussitôt après pour en faire la récolte. Les autres miels sont dits toutes fleurs et peuvent être désignés par leurs origines géographiques.

Cristallisation du miel

Il arrive quelquefois que le miel se cristallise dans son pot. La propension d'un miel à cristalliser dépend de son origine, mais n'a pas de lien direct avec sa qualité. Si un miel est chauffé à plus de 40 degrés lors de la centrifugation ou de la mise en pots, il cristallise lentement, en cristaux grossiers. Il suffit de chauffer un miel cristallisé au bain-marie (40 °C max. ) ou mieux dans un four à micro-ondes (à la puissance minimale et en surveillant la disparition du glaçon) pour le liquéfier. Chauffer un miel à une température supérieure lui fait perdre en qualité.

À l'extraction, le miel est clair et épais. Avec l'entreposage, il peut se figer, car il contient du glucose qui se candit. Plus il contient de glucose, plus il se fige vite (miel de trèfle par exemple). Si le fructose est plus abondant (miel d'acacia entre autres), le miel reste liquide un à deux ans.

On observe chez les miels contenant particulièrement peu d'eau la formation d'une «fleur» à la surface. C'est un phénomène naturel qui ne nuit pas à la qualité.

Les miels connus

Autres types de miel

Intérêt nutritionnel et usage thérapeutique

Rayons de miel

Ses bienfaits sont multiples, et différents selon le type de miel.

Le miel renferme moins de calories que le sucre (64 calories contre 84 pour 20 g). Il a le même index glycémique mais apporte plus d'antioxydants.

Plusieurs papyrus égyptiens en font mention, le plus vieux étant celui dit d'Edwin Smith, datant de plus de 4 500 ans.

Lors des Jeux olympiques antiques, les athlètes buvaient de l'eau miellée pour recouvrer rapidement leurs forces.

Hippocrate (le plus grand médecin de l'Antiquité, 460/377 av. J. -C. ) disait que l'usage du miel conduisait à la plus extrême vieillesse, et le prescrivait pour combattre la fièvre, les blessures, les ulcères et les plaies purulentes.

Jusqu'à l'époque de Paracelse, le miel jouissait d'une haute estime en médecine. Il était utilisé surtout comme agent antiseptique pour la guérison des infections et s'avère efficace pour le soin en douceur des verrues, boutons infectieux, furoncles.

L'efficacité sur certains types de brûlures est attestée en accélérant la cicatrisation[2]. Il est aussi utilisé sur d'autres types de plaie, sans supériorité nette démontrée comparé à des pansements classiques.

Composition du miel

Miel en pot

Composition chimique élémentaire

D'un point de vue analyse élémentaire, le miel est par conséquent principalement composé de carbone, d'hydrogène et d'oxygène (composants de base des composés organiques). Les teneurs en autres éléments minéraux cationiques sont dans les gammes suivantes, en mg/kg (ppm) [4] :

  • K : 200 – 1500
  • Ca : 40 – 300
  • Na : 16 – 170
  • Mg : 7 – 130
  • Al : 3 – 60
  • Fe : 0, 3 – 40
  • Zn : 0, 5 – 20
  • Mn : 0, 2 – 10
  • Cu : 0, 2 – 6, 0
  • Ni : 0, 3 – 1, 3
  • Co : 0, 01 – 0, 5
  • Cr : 0, 1 – 0, 3
  • Pb : < 0,02 – 0,8
  • Cd : < 0,005 – 0,15

Le miel est acide, avec un pH estimé entre 4, 31 et 6, 02. [5]

Production

Production mondiale en milliers de tonnes selon la FAO[6]
1964 1969 1974 1979 1984 1989 1994 1999 2004
752 756 793 906 995 1146 1118 1237 1374

Guides pratiques
  • Henri Clément, Guide des miels, Rustica, 2002, 64 p. (ISBN 978-2840384472)
  • Jean-Luc Darrigol, Le Miel pour votre santé : Propriétés thérapeutiques du miel, du pollen, de la gelée royale et de la propolis, Dangles, 1990, 140 p. (ISBN 978-2703301875)
  • Dorothée Demey, Diane de Saint Marc et Sabine Paris, Je cuisine au miel, Albin Michel, 2006, 173 p. (ISBN 978-2226169327)
  • Laura Fronty et Marie-France Michalon, Le miel et ses bienfaits, Flammarion, 2008, 83 p. (ISBN 978-2081212763)
  • Sylvie Girard-Lagorce, Laurence Du Tilly et Iris-L. Sullivan, Le miel : Un ouvrage gourmand, Minerva, 2005, 160 p. (ISBN 978-2830708172)
  • Olivier Laurent, Les bienfaits du miel, De Vecchi, 2005, 101 p. (ISBN 978-2732812342)
  • Olivier Laurent, Soignez-vous avec le miel, De Vecchi, 2006, 101 p. (ISBN 978-2732811277)

Travaux scientifiques

  • Michel Gonnet, Miel : composition et propriétés, OPIDA, 1980.
  • Marie-Odile Moreau, Le contrôle des miels, Université de Cæn, 1987 (thèse)
  • Madjid Mostefaoui, Miel et cicatrisation, Université d'Aix Marseille 2, 2008 (thèse)
  • Fanta Sow, Les stratégies de développement de la filière du miel en milieu rural du Sénégal, Guinée, Mali, Université de Paris 1, 2006 (thèse)
  • Gilles Tétart, Mythologie de l'abeille et du miel en Europe : anthropologie comparée, EHESS, Paris, 2001 (thèse)
  • Maryse Vero, Étude de l'abeille domestique et de son miel : présentation des miels corses, Université d'Aix-Marseille 2, 2008 (thèse)

Liens externes

Notes

  1. Selon Maistral, in Yannick Romieux, De la hune au mortier, Éditions ACL, Nantes, 1986.
  2. Jull AB, Rodgers A, Walker N, Honey as a topical treatment for wounds, Cochrane Database of Systematic Reviews, 2008, Issue 4. Art. No.  : CD005083. DOI : 10.1002/14651858. CD005083. pub2
  3. (en) SR JOSHI, H PECHHACKER, A WILLAM & W von der OHE., «Physico-chemical characteristics of Apis dorsata, A. cerana and A. mellifera honey from Chitwan district, central Nepal», dans Apidologie, no 31, 2000, p.  367–375 [texte intégral (page consultée le 22/07/2008. ) ] 
  4. R. Morse & D. J. Lisk : Elemental analysis of honeys from several nations, American Bee Journal Nr. 7, pp. 522-523 (1980)
    V. Petrov : Mineral forments of some australian honeys as determined by atomic absorption, J. Apic. Res. Nr. 9, pp. 95-101 (1970)
    Dr. Hagen Stosnach :, Bruker AXS Microanalysis GmbH, Berlin (2006)
  5. F. M. Adenyi et coll.  : Chemical/Physical Characterization of Nigerian Honey, Pakistan Journal of Nutrition 3 (5), pp. 278-281 (2004)
    Dr. Hagen Stosnach :, Bruker AXS Microanalysis GmbH, Berlin (2006)
  6. Livestock Primary sur faostat. fao. org, FAO

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Miel.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 03/05/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu